ACCEPTATION – REGRETS – RÉFLEXIONS Hélios Subirats / Elie Serrats

/, Réflexions/ACCEPTATION – REGRETS – RÉFLEXIONS Hélios Subirats / Elie Serrats

3 PRINCIPES FONDAMENTAUX

en développement personnel/psychologique/spirituel

ACCEPTATION

REGRETS

RÉFLEXIONS

 

Faisant suite à l’article publié :“L’acceptation une approche psychologique”, 3 principes fondamentaux interdépendants sont  à prendre en considération, pour toute démarche en développement personnel, psychologique et spirituel :

  • 1 – un principe fondateur       ACCEPTATIONun ancrage solide en pierre d’angle, une première marche pour façonner “le Moi dans le JE SUIS” de la personne, animée par un désir d’évolution.

  • 2 – un principe perturbateur    REGRETS, une résistance psychologique empêchant d’avancer, un frein une (Réaction) à la progression.

  • 3 – un principe créateur,          RÉFLEXIONS où l’action créatrice de la pensée (Création) va animer le chemin de vie en faisant la synthèse des 2 principes (fondateur et perturbateur).

Ces 3 principes : fondateur (la thèse), perturbateur (l’antithèse), créateur (la synthèse) définissent une construction ternaire, éléments de base, pour la construction de l’édifice humain en perpétuelle évolution, dans le : JE SUIS, JE SENS, JE VEUX, J’AIME, J’EXPRIME, JE VOIS, JE SAIS (nos 7 chakras).

Si au-delà de tout préjugé, vous souhaitez dialoguer avec un Dieu laïque {« Conversations avec Dieu », de Neale Donald Walsch], ce livre invite à prendre conscience, que les Pensées, les Mots, les Actes, les Choix, les Décisions, sont motivés à leur niveau le plus profond, par 2 émotions fondamentales : la peur et l’amour, devenues le langage de l’âme.

Ce sont les 2 points (l’Alpha et l’Oméga) qui permettent l’existence de la relativité.

Sans ces 2 points, sans ces 2 idées, aucune autre idée ne pourrait exister : ni nous inscrire dans une vraie démarche d’évolution psychologique et/ou de construction spirituelle.

Ainsi la PEUR agit dans le principe perturbateur                     l’AMOUR dans le principe créateur.

Illustration / un cas clinique, Franck S…..

« Son problème est d’avoir des réactions qui lui échappent, il explose auprès de sa compagne V…., ou auprès de ses enfants. Il les aime d’un amour sincère. Il a conscience que ses explosions sont disproportionnées. Après coup, il va se sentir culpabilisé, honteux. Cela va durer pendant deux jours : besoin de retrait pour se reprendre en attendant que cela passe, et qu’il retrouve un peu de sérénité. Ses explosions sont des manifestations de son retour du refoulé : profondes souffrances, jamais travaillées, toujours présentes, et qui se manifestent malgré lui, de façon  intempestive et disproportionnées.

Il retrouve dans son scénario de vie, son enfant intérieur, le petit garçon pris de panique dans l’angoisse d’abandon, collé à la fenêtre attendant désespérément le retour de sa mère. il a tout juste 10 ans. il revit tout son mal être fusionnel, pathologique en lien avec ses parents ».

Vouloir se dégager de ce mécanisme récurrent, difficile à vivre, demande la prise en compte en CONSCIENCE, de ces 3 principes essentiels. Je remercie Franck, de m’avoir donné l’idée de créer et de publier cette étude.

 

1 – ACCEPTATION                               PRINCIPE FONDATEUR

    

1/ C’est reconnaître qu’à l’instant T, ce que je vis est toujours ADAPTE dans le contexte, et dans les fondements de mon histoire, dans ce qui me conçoit, me créé, et me constitue.

  • Que toutes les idées, les actions et les réactions, sont toujours justes, qu’elles soient dans les pensées, les sentiments, les attitudes, les comportements, mis en œuvre.
  • Car si je les ai mis en scène, choisis, ressentis, c’est qu’à cet instant et dans le contexte, cela m’apparaît comme étant le plus conforme, à ce que JE SUIS en train de vivre.

Sinon, j’aurais ADOPTE, ou CHOISI une autre attitude, un autre comportement, vécu un autre ressenti, une autre décision….

 

2/ Cela m’indique d’œuvrer dans cette acceptation. Si je suis honnête avec moi-même et de bonne foi, en rembobinant le film comme le ferait une caméra, pour revenir sur ce contexte, ou sur cet événement, je referai exactement la même chose.

Cela m’invite à ME RECONNAITRE dans l’ici et maintenant, et à engager ma responsabilité sur toutes mes pensées, mes actes, mes comportements, qui se réalisent à chaque instant.

En effet, honnête avec moi-même – et de bonne foi, en rembobinant le film comme le ferait une caméra, pour revenir sur ce contexte, ou sur cet événement, je vivrais exactement la même chose.

3/ J’ai conscience d’un principe fondateur : le POUVOIR du MOMENT présent, non pas en terme de Puissance, mais en terme d’engagement RESPONSABLE dans le JE SUIS, JE SENS, JE VEUX, J’AIME, J’EXPRIME, JE VOIS, JE SAIS (nos 7 chakras).

 RECONNAITRE et ACCEPTER que dans l’instant, j’ai agi ou réagi dans ce qui me semblait le plus adapté dans la situation vécue : avoir choisi le moins pire, en adoptant telle attitude et tel comportement, en ayant mis aux commandes telles pensées ou émotions, dit ou pas dit, fait ou pas fait…..

Encore une fois, en étant de bonne foi, en rembobinant le film comme le ferait une caméra, dans ce contexte je referai la même chose, j’adopterai les mêmes gestes, les mêmes pensées, les mêmes réactions…

C’est cela l’ACCEPTATION !

 

2 – REGRETS                            PRINCIPE PERTURBATEUR

 

  • 21/ Leur place, ici et maintenant

Les REGRETS, les culpabilités, les hontes etc…. survenant après coup, T +X (temps écoulé depuis)], sont des mortifications qui me confrontent au MIROIR, dans le comment JE ME VOIS, et surtout comment Je Me REGARDE. Ils sont une réminiscence d’un passé (un élastique pour les analystes transactionnels). Ils n’ont plus leur place dans le présent car ils sont dépassés par le temps, et par mon cheminement toujours en avant : la pulsion de vie/survie qui me fait me sentir Vivant…. Ils sont des perturbateurs.

 

  • 22/ Les regrets sont portés sur les « pierres tombales ».

Ils s’inscrivent dans les « cimetières sur les pierres tombales», et dans le cas présent, ils s’incrustent dans ma psyché ou mon âme : ils me signifient la MORT – ……dans l’Âme.

 

3 – RÉFLEXIONS                            PRINCIPE CRÉATEUR

 

Après coup, l’acceptation me conduit à RÉFLÉCHIR, comme le fait “mon” MOI qui se réfléchit dans le MIROIR.

Ce MOI  resté scotché à l’événement qui me culpabilise, me blesse, me meurtrit….

Ce MOI dans Mon ÂME (image virtuelle réfléchie dans le miroir) toujours obnubilé, figé, rigidifié par les justifications, les ruminations tournant à vide, dans une boucle inachevée.

 

  • 31/ La réflexion pour combler mon vide existentiel – la force de la raison

Mon Moi et/ou ma Psyché (mon âme) attendent ma réflexion, pour que JE vienne les chercher. Entre mon JE – matière corporelle ((incarnation) et mon MOI – image réfléchie, UN GRAND VIDE LES SÉPARE.

Cela me plonge dans l’angoisse d’abandon, de séparation, de solitude, et dans l’angoisse de mort. L’angoisse du vide, me signifie mon manque de repère. Or mon âme dans ce qu’elle vit à chaque instant, a besoin de sécurité pour avancer, de cadre, de compréhension.

D’où – à devoir reprendre mes réflexions dans mon miroir existentiel, afin de :

  • retourner dans ma psyché, pour lui expliquer (par ma capacité d’analyse, et de raisonnement) – que tout ce qu’elle a vécu, le jour J à heure H, à la seconde…,devait bien être vécu, comme cela ;
  • accepter en toute logique que, sinon, elle l’aurait vécu autrement ;
  • reconnaître l’absurdité de mes mortifications (qui me bloquent dans la pulsion de mort d’un passé dépassé – ici et maintenant) ;
  • faire preuve de raison (esprit de discernement), pour me libérer des angoisses et de mes focalisations, qui n’ont plus leur raison d’être, dans le présent.
  • 32/ Vivre l’instant

J’ai besoin de recoller mon Moi, afin que “mon JE et mon MOI”, se retrouvent à chaque instant “UNIS/RÉUNIS”, pour sortir du clivage, de cette séparation « regrettable ». Refaire une unité avec soi-même pour mieux VIVRE L’INSTANT….

  • 33/ Faute de quoi

Je prends le risque en RÉACTION de :

  • 1/ rester bloqué dans des émotions négatives (regrets, culpabilités, hontes etc…) ;
  • 2/ errer comme une âme en peine(ruminations, malaises, maladies) ;
  • 3/ entretenir en moi de manière inconsciente :
    • une forme de paranoïa tournée vers l’extérieur (projection, explosion externe) :
      • « j’éclate, je pète les plombs malgré moi! »;
    • une paranoïa dite sensitive (retournée contre soi, en délires, sabotages mortifères, mélancolies, suicides…).
  • 34/ Savoir raison garder –  Être un Maître en CRÉATION

Après coup, par la force de la RAISON, je permets à mon âme (ma psyché) qu’elle revienne dans mon Je SUIS, pour se recoller à lui – ( se retrouver, en se regardant autrement).

Le but est que Je reparte uni avec moi-même, sur mon chemin toujours en mouvement dans une marche en avant, en harmonie avec la terre qui à chaque seconde parcours près de 500 mètres.

Invitation pleine de sagesse, à  sentir le calme de la MAITRISE de Soi  dans LA CONSCIENCE de la CRÉATION, entièrement responsable à chaque instant, de ses desseins / et de son destin.

VIVRE en pleine conscience LE POUVOIR du MOMENT PRÉSENT

Hélios Subirats / Elie Serrats

2018-11-20T10:36:06+00:0013 novembre 2018|Articles, Réflexions|0 commentaire

Laisser un commentaire

Helios SUBIRATS

Après une carrière professionnelle d’encadrant aux Ressources Humaines, à La Poste et à la Banque Postale en gestion du personnel, des compétences et des carrières (formation, recrutement, sélection, promotion, orientation, management, diagnostic, conseil), Helios Subirats exerce en profession libérale, en tant que :

- Consultant au service des entreprises

- Psychologue Clinicien / Psychothérapeute / Consultant pour les particuliers

Colette LARRA

Certifiée par l’Institut Hypoténuse, Colette Larra pratique des massages Bien-être et Vitalité pour libérer les tensions psychologiques portées par le corps.