7/ RENCONTRE AVEC L’ESPRIT DES PLANTES – DIETE en forêt amazonienne – Tarapoto (Pérou)

//7/ RENCONTRE AVEC L’ESPRIT DES PLANTES – DIETE en forêt amazonienne – Tarapoto (Pérou)

LA FIN DE LA DIÈTE

Hélios SUBIRATS Psychologue Clinicien

Création dédiée aux articles “Rencontre avec l’Esprit des Plantes” par Claire GUEGAN

Le Blog de MimilyArt

Suite à l’article  6/7 – Des visions ésotériques – l’Archange

Depuis ce matin, je n’ai plus du tout faim. Aucun tiraillement, l’impression d’avoir fait le plein. Seules les macérations des plantes continuent leur cure : matin, midi, soir. Je suis bien rentré dans la diète, buvant uniquement de l’eau minérale, et en capacité d’attendre vendredi après-midi, la rupture de la diète, par la relance de la faim, avec une salade spéciale apportée par les chamanes.

La veille mardi midi, la plante maîtresse à boire est tabac. Dans la hiérarchie, ses effets sont supérieurs à l’Ayahuasca. Les chamanes m’ont fait le rituel, (la soplada) en soufflant la fumée du tabac, sur la macération de tabac, que j’ai « bue » …

Sur mon cahier de notes, je passe la journée de mercredi à transcrire mes grands voyages, mes visions, et à les dessiner…

Je les mets naturellement sur le compte des effets conséquents de l’absorption la veille de la plante maitresse tabac.

Or j’apprendrais après le retour d’expérience du mercredi 22 janvier (cf. ci-après), que compte tenu de ma sensibilité particulièrement élevée,

  • elle ne m’avait pas été donnée, et que j’avais pris ma plante Mucura.
Que faudrait-il en conclure ?

La puissance de l’esprit, mais lequel ?

L’esprit de discernement

apanage du mental,

de la raison, de l’intellectualisation “matérielle”, concrète, pragmatique…?

ou

d’un ESPRIT SUPERIEUR,

beaucoup plus grand, 

un ESPRIT SAIN ?

Qui agirait indépendamment de notre volonté à vouloir tout contrôler, tout expliquer par les arcanes de la RAISON “scientifiée”

La journée de jeudi 17 janvier,

s’est portée sur des tas d’interrogations au sujet de la visite de l’archange, pourquoi lui, pourquoi moi, me demandant : lequel ? Par déduction et compte tenu que je ne suis pas baptisé, et que je n’ai pas de culture à ce sujet, j’en conclue qu’il s’agit probablement de Gabriel…, et de plus « mon » archange n’est pas armé.

  • Jusqu’à vendredi 18 janvier après-midi, j’approfondis mes « connaissances introspectives » : je planche sur
  • La CROIX DES FONCTIONS DE MON ÂME
  • (en référence à l’ouvrage de Carl Gustav JUNG « L’homme à la découverte de son âme »).

Ma fonction Pensée (T) continue son hyperactivité réflexive.

Elle me permet de faire plein de synthèses, et des corrélations avec les théories jungiennes

F/   le Sentiment,       l’eau,      

ma fonction dominante

N/ l’Intuition,             le feu

l’auxiliaire

S/ la Sensation,          la terre

la tertiaire (mon odorat s’est ouvert de façon très sensible),

T/ la Pensée,               l’air                

la fonction inférieure (l’actrice  de mes synthèses et de mon ouverture spirituelle)

Je me sens super connecté avec les 4 grands symboles universels, les éléments 

l’air, le feu, la terre, l’eau

et leur inclusion naturelle dans la définition du tétragramme 

(Yod Hé Vav Hé)les 4 évangélistes,

(Marc feu/Jean air/Matthieu eau/Luc terre),

les 4 structures de personnalité

(psychotique air/borderline feu/névrotique (obsessionnelle terre/hystérique eau)

A l’abri des moustiques dans mon hamac, j’ai « tartiné » des pages sur mon cahier, entrecoupé de profondes relaxations méditations sur la psychologie des profondeurs et ma spiritualité,

l’ensemble projeté sur l’environnement végétal autour de mon tambo, avec toutes les nuances de senteurs, de couleurs, d’odeurs, de bruits, de chants d’oiseaux, d’insectes, une symphonie pastorale en adéquation avec le temps, les pluies torrentielles, les éclaircies, les luminosités changeantes au fil des heures de la journée, et de la nuit.

J’ai assisté pendant plusieurs heures en fin de soirée depuis mon hamac, à des feux d’artifices naturels gigantesques sous des trombes d’eau, et des orages nocturnes éclairant la forêt comme en plein jour.

Des moments d’émerveillements uniques, d’autant plus que je me sentais en totale sécurité, par l’agréable sensation de faire corps et âme avec cet environnement. De vrais moments de bonheurs de communion totale avec les éléments naturels, et d’être ressenti comme l’un d’eux, en se fondant dans leur vivance.

FIN DE LA DIETE

Il est impossible de décrire la dégustation de la salade oh combien savoureuse, mettant fin à la diète, apportée en fin d’après-midi, vendredi, où tous les goûts se remettent en bouche. Une renaissance dans le réel, avant le plaisir de retrouver dans la foulée le groupe, avec la joie de revoir Colette dans la maison des chamanes, qui nous ont cuisiné un sacré bouillon de poule aux légumes, à volonté.

Et cela bouillonne autour de ces grandes tablées, où chacun se livre déjà par la simple présence… Les uns sont très volubiles, d’autres silencieux, discrets et présents par leurs sourires bienveillants… ce qui anime est la joie d’avoir vécu cette expérience, partagée, écoutée dite avec plus ou moins de « passion », de sensibilité, dans cette effervescence particulière, à la fois intimiste et collective, un égrégore spécifique, où les agapes prennent vraiment leur place dans leur essence, leur finalité. Et pour cause : elles signifient la fin de la diète.

Puis il nous reste à nouveau à regagner seul, chacun son tambo, pour notre dernière nuit.

La maison d’accueil chez Sylvia et Martin SANTANDER à Tarapoto

Lieu idéal pour récupérer de la fatigue physique (un fort épuisement) et surtout la fièvre installée (psychique et spirituelle) me concernant.

Ils savent, ils connaissent, ils ont pratiqué la diète et ses effets thérapeutiques.

Anxieux sur la perte possible de mon cahier de notes, (nous repartions dans notre périple), Martin m’a ouvert son bureau personnel avec tout son matériel, pour que je puisse en faire les sauvegardes, en toute quiétude et sérénité. « En convalescence », nous avons été choyés par leur disponibilité, leur bienveillance, leur amitié, leur écoute, leur confiance, leur Amour vrai et sincère. Les échanges que nous avons eus, s’inscrivent entièrement dans nos valeurs sociétales, morales, éthiques, psychologiques et spirituelles. Un vrai bonheur partagé.

POUR MON RETOUR D’EXPERIENCE

au Centre Takiwasi

Je reproduis ci-après textuellement, les notes écrites dans leur maison.

Le temps de restitution individuel auprès d’un psy, étant limité à ½ heure, je savais que je manquerai de temps et/ou d’énergie, compte tenu de la fatigue inhérente au processus de diète. J’en avais trop à dire. Et il était hyper important de le mettre en forme d’en laisser une trace et de boucler ainsi le stage.

Pour moi-même, car je pressentais que je ne serai plus comme avant.

Pour orienter et développer mes recherches tant sur le plan psychologique que spirituel.

Enfin pour le centre qui m’avait permis de vivre cette expérience unique, hors du commun.

Aussi, j’ai préparé une restitution par écrit que j’ai remise via le psy Urielo, au Centre Takiwasi, dans l’objectif d’être le plus fidèle à mon vécu. Ce texte « IL s’est écrit en un seul jet !». En voici le contenu.

Hélios      Mercredi 22 janvier 2019     RETOUR D’EXPERIENCE AU PSY – Uriel/Fabienne

Aujourd’hui je suis en capacité de démontrer, que le stage de diète, vécu en tant qu’Expérienceur (sujet et objet de son propre process) ME déroule point par point, toutes les théories Jungiennes dont j’ai connaissance à ce jour.

1/ Je me suis validé et expérimenté

  • Les types psychologiques (écrits en 1920)

  • La mise en pratique des types psychologiques, le MBTI à l’épreuve de la vie quotidienne, suite à une formation délivrée par des spécialistes Jungiens (j’en ai fait un livre de synthèse des 16 profils, un livre opérationnel de référence technique, il me manque à y incorporer un questionnaire)

  • Mon mémoire Archétyp Test à 9 éléments, s’appuie sur les archétypes jungiens (Mémoire Maitrise 1994 Université de Toulouse)

  • 2 psychanalyses Jungiennes :

    • 1/ de 1990 à 1995 auprès d’Édith Renouleau qui m’a servi aussi de didacticienne et de me superviser dans la reprise de mes études en psychologie et à l’obtention de mon DESS psycho patho clinique en 1995
    • 2/ Christiane Drancourt de 2004 à 2006 (superviseur de mes pratiques en psy)
  • J’ai démontré que l’Analyse Transactionnelle, d’Éric Berne, s’est emparée des Types Psychologiques pour construire les États du Moi etc…… Jung en est le « Père ».

  • Jung s’est inspiré de la méthode Franc Maçonne pour construire ses théories : son grand-père et son père étaient des Francs-Maçons. D’où mon attrait naturel et motivant dans toutes mes recherches et planches exposées, où Jung était au cœur de mes démarches, vers la lumière.

Je valide son concept de religion et de foi naturelle qui se trouve dans l’inconscient collectif, dans lequel se fondent les religions, à partir des visions des prophètes, médiums, chamanes, etc…la théorie des archétypes (La Grande Mère, le Sage, l’Anima/Animus, le Centre …)

Je valide son livre « l’Homme à la découverte de son âme », ainsi que les fonctions d’orientation de l’âme (afin de les rendre opérationnelles et concrètes dans la vie quotidienne).

2/ Le processus expérientiel a pu se faire grâce à la conjonction des éléments suivants

  • La réactivation d’une nausée existentielle réactivée par l’Ayahuasca avec une seule petite dose.

  • Par le souci de Jacques que j’avance en douceur (et par le fait que je me sois senti totalement sécurisé, en confiance, pour me récupérer si je faisais exploser mon noyau psychotique). Et qu’il allait me « désintoxiquer» de mon parcours maçonnique de 19 ans. (Objectif atteint Ouf, MERCI)

  • Par le choix JUDICIEUX des plantes, plante maitresse Bobinzana, et Mucura, et connexion à l’Esprit des plantes, supérieur au mien car plus près de Dieu dans la chaine de l’évolution de la vie sur terre.

  • Et surtout Tabac, que j’ai pris mardi sans savoir que je le prenais. Cette méconnaissance « guidée de l’invisible» est l’élément clé de mon expérience. Si je l’avais su, je n’aurais probablement pas pu arriver au bout : la peur aurait pu me limiter, me freiner, ou me faire disjoncter. Tabac ayant activé ma vision et mon partage avec l’Archange qui me sert de GUIDE… (cf. évaluation de la diète)

  • Par l’expérience de la Pleine Conscience des Bouddhistes, ou d’être à la fois Sujet et Objet de sa propre expérience (Jung), l’Adulte Intégré (Analyse Transactionnelle/Berne).

  • Le fil conducteur de la nausée psychique, qui me faisait craindre le délire psychotique, a servi d’outil de validation et d’intégration de la Pleine Conscience.

Et surtout par et grâce à Colette, (mon âme sœur). Au-delà de notre fatigue, et des restes de nos ivresses, elle m’a permis samedi et dimanche, de lui expliquer ce process, suite à sa question : « Je ne comprends pas le Prologue de Jean ». Et qui m’a permis de « travailler sur elle ».

Voilà le process pédagogique

 Je suis parti de la définition du tétragramme, YOD HE VAV HE

  • Sur lequel j’ai positionné les 4 éléments vitaux : FEU/AIR/EAU/TERRE et… à la suite
  • Les 4 évangélistes : Marc/Jean/Matthieu/Luc
  • Les 4 fonctions d’orientation de Jung
    • Fonctions d’appréciation PENSEE (Air)        SENTIMENT (Eau)
    • Fonctions de perception INTUITION (Feu)  SENSATION (Terre)
  • Sur lesquels j’ai accolé les 4 émotions fondamentales
    • PEUR COLERE TRISTESSE JOIE

Le principe fondateur du TERNAIRE pour toute construction

Thèse / antithèse / synthèse

Père Fils St Esprit….

Dont l’objectif est de ramener au CENTRE….

La fonction du CERCLE

Car cette nuit, les plantes m’ont aidé à intégrer que vendredi soir dans mon tambotito, j’avais expérimenté l’ARCHETYPE DU CENTRE, rédaction dont j’ai été « interdit de pouvoir faire », avant lundi.

 

Extrait de mon journal de diète

Après les retrouvailles repas vendredi soir, avec le groupe

« Je reviens au tambo, ouf, me voilà dans mon lieu de recherche, de questionnements, de mises à l’épreuve.

Je suis plus que jamais devenu, l’expérienceur au service des plantes maitresses de l’existence, dans leur essence. Mon objectif en me lançant dans ce protocole de traitement psychologique par la vertu des plantes, en remontant à leur ADN, pour communier avec notre ADN, cet adn commun est plus que probant.

Je fais l’expérience de la Pleine Conscience, où je suis SUJET et OBJET de ma propre expérience. Je confirme le processus d’individuation de Jung. Initié par l’Archange, alors que je ne suis pas baptisé, confirme la notion d’Archétype et leur intervention psycho énergétique dans le traitement de la cure en psychologie des profondeurs.

Archétypes manifestés dans les Grands Rêves. Les plantes maîtresses conduisent le process d’individuation et deviennent les « thérapeutes » des diéteurs.

J’ai rejoint le groupe en solitaire heureux, et pour cause.

Dans mon processus de transformation psychologique et spirituel, j’en arrive à expérimenter exactement les mêmes symptômes, les mêmes phénomènes vécus à la veille de mon internement en clinique psychiatrique. Je réalise que sous l’effet du Tabac supérieur à l’Aya, commence mon ouverture et la validation d’un processus, me permettant de faire l’expérience de Dieu, le Tout, Nature, etc…le Soi, ou le divin en Soi, ce qui est en Haut est en Bas. Et inversement, l’expérience de la Totalité dans le Centre, dans la convergence des contraires : la synthèse du ternaire. Je valide Jung et la méthode maçonnique. Les symboles universels me parlent, les plantes me guident, mais je garde mon libre arbitre.

Ma seule crainte, est de surveiller de façon constante les effets de ma nausée psychique. Je la suis en hyper contrôle. Même si je sais, qu’elle n’est pas la cause de l’étiquette de Malade Mental ayant pété les plombs, qui m’a été plaqué par mes proches, puisque l’ulcère l’a totalement démenti, je vis cependant le même process que ce que j’ai vécu lors de mon premier stage où je faisais l’expérience de mon hyper-efficience.

Là, je pige tout au quart de tour ! J’ai des visions « mystiques », dans une sérénité intérieure qui n’a rien à voir avec un quelconque délire mystique : je suis toujours le capitaine de mon navire, dans la Pleine et totale Conscience. Mais je n’étais pas arrivé encore à la fin de l’épreuve, et ma PEUR était de m’effondrer avant la ligne d’arrivée, mais aussi juste après.

Quand le gond sonne, signifiant la coupure de la diète, je sais que je vais continuer SEUL, jusqu’à retrouver le groupe samedi matin, prendre le petit déjeuner ensemble pour les retrouvailles, et le retour.

D’où ma surprise, et le temps d’intégration d’avoir à revoir mes « forces » terminales de l’épreuve. Je n’ai pas pété les plombs, ce qui aurait totalement annihilé toutes mes démonstrations cliniques. Malgré tous mes efforts, je serai retourné à la case départ, tenu d’admettre le qualificatif de Malade réel, obligé de reconnaître d’avoir fait un épisode PMD, en dépit de mes dires, de mes arguments…, car je ne suis plus crédible à l’épreuve des faits « délirants », s’il m’arrive de péter les plombs. La peur devient l’outil de PROTECTION de mon cheminement, pour gérer mes forces et terminer la course.

L’EXPÉRIENCE DE L’ARCHÉTYPE DU CENTRE

Et là j’expérimente plus que jamais la joie, le joyeux. L’hymne à la joie de Beethoven dans la nuit qui va suivre. Les chants me guident, me relaxent, m’apaisent. Ils sont les lutins gais, doux, heureux, joyeux, de mes moments de détente et de relaxation. Mais ils m’accompagnent partout. Je les écoute, leur emboite le pas, la danse, la mélodie, par mes textes à moi et mes orchestrations choristes de mon anima. Je suis tout, l’auteur, le compositeur, l’interprète, le chef d’orchestre, l’orchestre. 

Dans mon tambotito, je FAIS L’EXPÉRIENCE DU TOUT, du CENTRE, du CARRÉ, du CERCLE. En pleine conscience, je suis dans l’amour, le vrai, le pur, celui reçu directement par Dieu, et dans la conscience du process. Je jubile, sans excitabilité. Je fais l’expérience des PLEURS DE JOIE, je SANGLOTE de joie, je remercie les Plantes, le protocole, Jung, Berne, Adam Budzinski, tous ceux qui m’ont « enrichi » de leur connaissance dans mon chemin d’éveil. C’est le point d’orgue final ! Je SAIS, qu’il n’y a pas de « frontière » du visible à l’invisible. Je viens de faire la transmutation alchimique du plomb (l’ombre, les ténèbres qui pèsent lourd comme le plomb à l’or, la grâce et la beauté solaire).

Je compose la musique du Prologue de Jean. Sur des tempos très syncopés, en symphonie, comme un requiem moderne, « junts », j’ai des projets « réalistes » à ce sujet. Le travailler au synthé, dans toutes les harmoniques.

Tout cela je le mets en musique, cela devient une « transe » universelle. Je transmets ce qui se transmute en moi, depuis 2008 , où j’ai commencé à comprendre, et à sentir le Prologue… à ce jour. J’arrive même à composer des tempos, sur 4 séquences, pour faire communier n’importe quel groupe.

Bref, une nuit de fête, où un hymne à la joie nouveau, je l’envoie à tous ceux que j’aime. Et ce qui est capital pour moi dans la Pleine et Entière Conscience.

Je valide sans péter les plombs ma première expérience mystique.

JE VENAIS DE FAIRE L’EXPÉRIENCE DU CENTRE TEL QUE JUNG LE DÉCRIT DANS SES ŒUVRES

Je ne suis pas un conquistador, mais je ramène un sacré trésor que je vais offrir et partager à mon tour. Un grand merci d’amour à vous tous

Carl Gustav JUNG (Archétype du Centre)

La Chacana (Croix des Andes/Croix du Sud)

Après la diète, j’ai cherché la Chacana (Croix des Andes), symbole millénaire récurrent dans les cultures de l’ancienne Bolivie, et par la suite, des territoires de l’Empire Inca.

  • (écrits empruntés à Nicolas Goronflot Terra Ecuador» Art & Culture » La Chacana, croix des Andes)

Sa forme est celle d’une croix carrée et échelonnée, avec 12 pointes.

La Chacana représente les liens très étroits qui unissent le Ciel et la Terre, la perception et la représentation du Temps et de l’Espace. Elle permet aux populations andines qui s’y conforment, d’accéder aux plus hauts niveaux de conscience et de cohérence, par rapport à leur cosmovision.

Elle m’attendait à 3000 m d’altitude, à Huaraz, ville enneigée.

Elle symbolise mon expérience de la Diète (dans mes Rêves, Visions, Écritures, Dessins),

et l’Archétype du Centre défini par Carl Gustav JUNG.

Les « trois marches » de la Chacana, renvoient à de nombreux concepts sacrés, fondés sur le chiffre « trois » dans les Andes.

Les 3 mondes :

Le Monde Supérieur (Hanach Pacha) : les étoiles, les êtres célestes et dieu

Le Monde du Milieu (Kay Pacha)         :  le monde de la vie humaine

Le Monde Inférieur (Uqhu Pacha)      :   le monde souterrain, inconscient, et la mort

Les 3 archétypes ou des esprits animaux sacrés :

    • Le Condor  – notre capacité à        communiquer avec les cieux, et avec les esprits
    • Le Puma     – notre capacité à         vaincre nos peurs
    • Le Serpent – notre capacité à        nous guérir

Les 3 principes visant à aider l’humanité Inca, dans le maintien de la Paix, l’Equilibre et l’Harmonie du monde, pour travailler dans les :

      • Llankay    – La maîtrise du corps et du physique
      • Munay       – L’Amour Inconditionnel
      • Yachay       – La Sagesse, et la compréhension au-delà de l’intellect

Les 4  faces de la Chacana sont également liées au chiffre « 4 »

  • Les 4 bras principaux de la Chacana représentent notamment, les 4 directions cardinales, les 4 éléments (la terre, l’eau, l’air et le feu) comme les 4 saisons de la Nature.
  • La Chacana représente également la Croix du Sud, l’une des constellations la plus visible et emblématique du ciel austral.

———————————————————————————————————————————————

Comme mentionné au début de l’article, j’ai appris, après mon retour d’expérience auprès du psy Urielo le mercredi 22 janvier, que compte tenu de ma sensibilité particulièrement élevée, la plante tabac ne m’avait pas été donnée le mardi 15 janvier à midi, et que j’avais pris la plante Mucura prévue dans mon traitement.

Si tel a été le cas, j’ai là aussi pu faire l’expérience par moi-même, dans ce contexte d’isolement en forêt amazonienne, du Pouvoir de l’Esprit sur la matière, (dans ma croyance d’avoir absorbé Tabaco), et par voie de conséquence d’avoir pu accéder à Ces Grands Voyages aux « effets hautement révélateurs ».

Et pour conclure

…les 7 articles publiés sur la session de diète du 10 au 19 janvier 2019 au Centre Takiwasi de Tarapoto au Pérou, en forêt amazonienne, il me tient à cœur de reprendre les 4 points suivants, écrits en introduction dans le 1er article.

1 – « Je veux être clair. Ce que j’écris n’est ni une invitation, encore moins une incitation à pratiquer ce type d’expérience, ni à encourager quiconque à se mettre à l’épreuve des plantes maîtresses ».

2 – Je ne partais pas seul, j’étais avec Colette. Nous avons pesé le pour et le contre, mais autant chez l’un, que chez l’autre, le désir de cette expérience a été le plus fort, malgré les alertes de certains de nos amis, sur les risques encourus. A notre âge… !

3 – Les objectifs du stage, les informations, les documents, les conseils fournis par le Centre Takiwasi sont clairs. La constitution d’un dossier médical détaillé, sur tous nos antécédents médicaux, le questionnaire de motivation ainsi que toutes les préconisations, avant, pendant et après la session, ont confirmé le sérieux de l’encadrement médicalisé et psychologique entourant la diète.

Si les équipes encadrantes se sont mises à notre disposition, en soutien pendant les 3 jours qui ont suivi la diète, il m’a fallu 10 jours pleins pour que la fatigue physique (un fort épuisement) et surtout la fièvre installée (psychique et spirituelle) s’apaisent enfin.

Une suggestion, que le Centre Takiwasi puisse proposer un stage de post-diète de récupération individuel, ou en groupe, d’au moins une semaine : encadrement médical, psychologique, spirituel, et diététique.

4 – Je me suis engagé auprès du directeur du Centre le docteur Jacques MABIT de rédiger un article sur mon vécu. C’est avec plaisir que j’honore ma parole. C’est grâce à sa forte personnalité, à ses valeurs, et surtout aussi, à nos divergences psychologiques (jungiennes en particulier), religieuses et spirituelles, que j’ai pu vivre une expérience « hors du commun ». Je l’en remercie sincèrement, ainsi qu’à toute son équipe.

FIN DE LA BELLE RENCONTRE AVEC

 l’ESPRIT DES PLANTES

A vous tous, cordialement

Colette et Hélios

2020-06-14T17:29:37+01:0028 mai 2020|Carnet de Voyage|2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Hélios Subirats
    Hélios Subirats 10 juin 2020 à 11:20 ␣- Répondre

    Mail de Janine P…. le 10/06/2020

    Tu parles de ton choix d’un style « journal intime / parlé», utilisé aussi par Colette dans ses 5 articles, “3 mois en Amérique Latine” qui donne l’impression pour les lecteurs « d’avoir vécu les événements, comme s’ils y étaient ».

    J’ai éprouvé la même chose en lisant le blog de Colette et ton texte. C’est très agréable.

    Dans le premier et le dernier article, tu fais mention de la Grande Mère.
    Je n’ai pas compris à qui tu faisais allusion. Est-ce que tu peux expliquer, si c’est possible.

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le texte RENCONTRE AVEC L’ESPRIT DES PLANTES. Quelle expérience extra-ordinaire !

    J’ai lu aussi le texte sur l’ulcère et les commentaires.
    Merci de partager ces expériences avec nous.

    • Hélios Subirats
      Hélios Subirats 10 juin 2020 à 11:38 ␣- Répondre

      Bonjour Janine

      Merci pour ton retour bienveillant. La notion de Grande Mère, me fait spontanément penser à l’archétype de la Vierge Marie… Chez les Incas c’est la Pacha Mama

      (cf.Les Cahiers Jungiens) “Dans la théorie jungienne, la notion de Grande Mère est un symbole énergétique puissant et duel, celui du « matriciel primordial » c’est-à-dire de l’origine de toute chose. Comme tous les archétypes ce « Tout » primordial a besoin de s’incarner pour se développer. C’est généralement la mère réelle de l’enfant qui, au début, remplit cette fonction, et de cette rencontre naît le soi. Sa différenciation passe par un certain nombre de stades précis et surtout par la nécessaire séparation d’avec l’énergie primordiale de la Grande Mère, étape décisive du processus d’individuation”.

      Dans la symbolique du Tarot de Marseille, c’est la Papesse.

      Quant à mon article sur L’ULCERE, il représente ma résilience sur le regard de malade mental avec lequel j’ai composé pendant de longues années. L’ulcère a été la psychosomatisation d’un secret de famille, et en même temps son “exorcisation”: quelque part chamanique ?

      Bien cordialement

Laisser un commentaire

Helios SUBIRATS

Après une carrière professionnelle d’encadrant aux Ressources Humaines, à La Poste et à la Banque Postale en gestion du personnel, des compétences et des carrières (formation, recrutement, sélection, promotion, orientation, management, diagnostic, conseil), Helios Subirats exerce en profession libérale, en tant que :

- Consultant au service des entreprises

- Psychologue Clinicien / Psychothérapeute / Consultant pour les particuliers

Colette LARRA

Certifiée par l’Institut Hypoténuse, Colette Larra pratique des massages Bien-être et Vitalité pour libérer les tensions psychologiques portées par le corps.