La SYMBOLIQUE d’un CHÂTEAU RENAISSANCE

//La SYMBOLIQUE d’un CHÂTEAU RENAISSANCE

Conférence du mercredi 7 octobre 2020 au château de Caumont (Gers)

.

L’idée du sujet de la conférence s’est imposée à ma psyché, dans le souhait d ‘apporter une petite pierre à ce bel édifice. Cette thématique a fait écho à mes recherches tant psychologiques que spirituelles. Ma difficulté s’est avérée d’ordre pédagogique. Comment faire découvrir le château de Caumont sous cette perspective, en invitant à se laisser porter par sa symbolique, son histoire, la vie de ses hôtes à travers les siècles ?

Qui et Quoi privilégier ?  Et puis, comment différencier ce qui relève de la psyché (l’âme), de la spiritualité ?

A travers cette bâtisse style Renaissance, dont la visite nous conduit de la fin du Moyen Âge à nos jours,  comment faire émerger sur un plan psychologique des profils de personnalités, traduire des émotions, des blessures, des sensibilités. Et dans le domaine de la spiritualité, sur quels symboles universels et culturels pouvoir s’appuyer  ?

Il y a eu des partis pris, des coups de coeur, des courants d’énergies, un fil conducteur : la passion que tout cela inspire.

La confiance des châtelains

.
Et l’appui logistique de Jean-Marie dans les supports audiovisuels

Une visite psychologique et  spirituelle du château 

La veille de ma 1ère visite au Château en 2019, invité par notre amie Corinne L. et fortement incité par elle, j’ai visionné l’émission présentée sur l’A2, par Laurent Delahousse, dont le titre : “Le château de ma mère” a résonné en moi, comme une pulsion de vie, sous une forme archétypique, qui est une énergie instinctive.

Je regarde la vidéo, et j’entends : « Avec ses 4 000 m2 et sa centaine de pièces, le château de Caumont près de Toulouse, est le plus grand du Gers. En 2014, Ghislain de Castelbajac, 45 ans, en est devenu propriétaire, après le décès de sa mère, la vicomtesse.  Il a quitté son travail à Paris, pour venir s’y installer définitivement, avec sa femme Mathilde et leur petite fille Diane. Ils vont tout tenter dans les années qui viennent, pour sauver ce morceau de patrimoine, classé à l’inventaire des Monuments historiques. Hériter du château familial : un cadeau ? ou un fardeau ! En France, entretenir un monument classé – coûte cher. Mais, Ghislain de Castelbajac n’est pas du genre à renoncer… Ghislain a décidé il y a six mois, de quitter une vie confortable à Paris, pour se lancer à plein temps – dans la vie de châtelain. Et son quotidien… est loin… d’être celui qu’on imagine ! Pour maintenir cet édifice du 16ème siècle en état, et le garder ouvert au public, il va devoir investir dans des travaux de rénovation, dont le montant est de plusieurs millions d’eurosTout le monde se souvient dans la région, que les parents du nouveau châtelain, avaient reçu à déjeuner en 1989, la reine d’Angleterre. Aujourd’hui, il s’agit pour le couple de sauvegarder ce lieu, où venait dormir le roi Henri IVEt se retrouver avec un tel édifice sur les bras, n’est pas vraiment, un conte de fées ».

.

Et là, je me sens touché par quelque chose qui m’anime : un archétype, qui sous-tend quelque chose d’archaïque et de typique. Un archétype se manifeste par des énergies venant d’ailleurs, …de l’univers, de ce qui nous entoure et qui nous dépasse, qui est nommé par Carl Gustav JUNG, psychiatre et psychologue des profondeurs, un inconscient collectif.

Des courants énergétiques que l’humain s’approprie… et se les représente au travers de grands symboles : le château, la mère, le vieux sage, la mère universelle, (la pacha mama pour les chamanes incas), la Vierge Marie, Jésus, Bouddha, Confucius, Dieu…Mais également sous des formes géométriques…, des dessins, des mandalas, le centre, la croix, le carré, le cercle…. Et tant d’autres.

.

Dans mes propos, il est important que je vous dise, que je ne détiens aucune vérité.

Ce que je vais vous faire partager, relève de mes recherches, de mes propres expériences personnelles et professionnelles, dans 2 domaines spécifiques : la psychologie, et la spiritualité en dehors de tout dogme. Domaines qui par définition sont loin d’être scientifiques. Chacun a ses opinions…, son libre arbitre…, ses croyances…, qui sont toutes à respecter – quelles qu’elles soient.

Quand j’ai regardé l’émission sur l’A2, dans le château de ma mère château et mère, les 2 mots ont résonné en moi, propulsés par ces énergies archétypiques universelles. Pour vous donner l’idée de ce qu’est un archétype, prenons l’exemple de l’expérience amoureuse.

Quand nous tombons amoureux d’une personne, nous sommes sous l’effet d’une attraction comme une « loi, une force » qui s’impose à nous, une mobilisation affective, sentimentale qui souvent nous dépasse, nous fais rêver, vibrer, qui nous transcende, et qui nous fait soulever des montagnes.

Ce souffle se nomme l’Anima pour l’homme, et l’Animus chez la femme. Cette énergie amoureuse investit notre psyché (ou notre âme) en se projetant sur la personne aimée, personne qui exerce sur mon être, un fort pouvoir d’attraction.

Dit autrement, l’Anima et l’Animus sont 2 archétypes d’Éros. Le mot psyché vient d’un verbe grec qui signifie souffler, et habituellement ce mot est traduit par âme. Psyché ou âme, ont la même racine, le même souffle, Anima/Animus signifiant l’énergie de l’âme dans les représentations amoureuses. Bref, je me suis projeté sur le Château de ma mère, (certes en lien affectif avec l’ouvrage de Marcel Pagnol), mais surtout propulsé avec force par ce souffle, dans mon CHÂTEAU INTÉRIEUR sur 2 plans :

  • 1/ sur le plan psychologique en vibration avec ma propre mère passée dans cet autre monde qui nous attend tous – un jour, et que nous souhaitons le plus loin possible (angoisse de mort oblige, qui est en chacun de nous).
  • 2/ Et sur le plan spirituel : ma mère projetée dans les énergies de la Vicomtesse Michèle de Castelbajac, quand j’entends dans les propos de Laurent Delahousse : « En faisant revivre Caumont, Ghislain rend hommage à sa mère, Michèle, qui avait investi toute son énergie dans le sauvetage de ce monument…. « Heureusement, le jeune châtelain peut compter …sur le soutien indéfectible de son épouse, Mathilde, et de tous les voisins du château, très attachés à ce patrimoine régional ».

A travers cette émission, j’ai senti vibrer une noblesse de cœur dans toutes les personnes engagées dans la restauration de ce château (les châtelains, les voisins, les bénévoles, les journalistes, le cabinet d’architecture Julien TAJAN….) Et pourquoi pas, tenter d’apporter en toute humilité, une toute petite pierre à l’édifice ? En proposant une conférence : « une visite psychologique et spirituelle du Château de Caumont ». °

.

Mais de l’idée à la concrétisation, cela m’engageait de faire visiter autrement ces lieux, à travers son histoire… et quelques personnages intéressants (dont le Duc d’Épernon), et cela, sur 2 plans : la psychologie, et la spiritualitéSachant que le psychologue qui m’anime, fait l’expérience quotidienne… qu’il n’y a pas de frontière de la psychologie à la spiritualité, que les 2 plans n’en font qu’UN, conduisant l’unicité de l’homme et de tout le vivant, …., dans tout ce qui en nous, nous pousse à nous UNIR VERS cet univers qui nous enveloppe, celui qui nous relie à un  tout. Cette totalité enseignée par les religions du Livre dans des dogmes, ou bien celle expérimentée par soi-même dans des parcours initiatiques, des chemins d’éveil, divers et variés, permettant de nous relier de la Terre au Ciel, de la matière à l’esprit, à tout ce qui nous entoure. Et inversement du Ciel à la Terre.

Dans mon besoin de clarification et pour séparer les 2 champs, psychologie et spiritualité, je différencie, esprit écrit avec un petit e, de l’Esprit avec un grand E.

Le petit esprit, je l’associe à nos capacités intellectuelles et mentales : notre esprit rationnel, de discernement, logique, réfléchi. Beaucoup de philosophes le nomment spiritualité, dans leur capacité à savoir faire de l’esprit, en jonglant sur le sens des mots, et leurs signifiants comportementaux observables. Pour moi, nous sommes sur le plan de la psychologie et du savoir.

Esprit avec un E majuscule, représente la Spiritualité, à un autre niveau subtil, invisible, englobant ces énergies collectives, universelles, enseignées par les Dogmes, Dieu, l’Esprit Sain, le Saint Esprit, les Églises, les Temples, les Moquées ou les Synagogues, une spiritualité qui invite à une introspection dans le : « Connais-toi, toi-même, et tu connaîtras l’Univers et les Dieux » de Socrate : la connaissance.

Savoir / psychologie              Connaissance / spiritualité

Pour moi, La chapelle du château symbolise la Présence de ce Grand Esprit que je viens de définir.

Un château de légendes

Comme vous le savez, le château de Caumont est un monument de la Renaissance française situé sur la commune de Cazaux-Savès, dans la campagne gersoise. Cependant, son site et sa silhouette lui ont valu les surnoms de « château de la Loire en Gascogne toulousaine », de « château de la Belle au bois dormant en bord de Save » et de « château des légendes ».

La plupart des contes de fées commence par : « Il était une fois…… » A lui seul, le Château de Caumont symbolise les Légendes et les Contes de fées, et la douceur des châteaux Renaissance de la Loire. Combien de contes et de légendes ont bercé notre enfance, avec pour épicentre, le château.

En effet, le château, est l’élément structurel fondateur des récits légendaires. On lui doit la construction de notre imaginaire, la construction de ce que nous sommes, dont les fondements se situent dès notre naissance, voire dès notre conception.

Le château parle de nous, il nous raconte, car il représente notre MOI, notre psychisme, et notre ÂME. Par sa structure massive, et son implantation sur des promontoires, dans des forêts, il est le symbole de la PROTECTION par excellence, de notre besoin de sécurité physique et psychologique : LA PROTECTION un outil efficace, pour apaiser nos peurs et nos angoisses existentielles.

Le château fait partie de notre patrimoine socio-éducatif culturel, mais également psychologique.

Le château protecteur nous permet de nous identifier aux personnages qui l’habitent, aux héros et héroïnes. Dans tous les contes et légendes de par le monde :

  • Le héros ou l’héroïne que nous investissons, placés dans une situation précaire, difficile, tumultueuse…, au commencement de l’histoire, …, atteint la sécurité physique, affective et spirituelle, en concluant sa série d’épreuves… par… l’accès au château.

Et c’est là, qu’« Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».  

D’Artagnan est un Cadet de Gascogne. Alexandre Dumas en a créé un mythe littéraire, une légende, un symbole archétypique du jeune Gascon, pauvre, intelligent, hardi, redoutable bretteur, ….. qui monte à Paris, où il entre comme cadet dans une compagnie au service du roi. Mais d’Artagnan a réellement existé en la personne de Charles de Batz de Castelmore, dit d’Artagnan – qui en son temps, a rendu visite au Château de Caumont.

.

Dans son aspect négatif, le château évoque l’isolement ou l’enfermement. Lieu clos, protégé par des fortifications et des remparts, il personnifie, à l’instar de la tour, l’attitude défensive, la rupture avec le monde, le repli sur soi. (En psychopathologie, nous parlerons d’une structure psychotique, et de la psychose).

Ainsi la princesse emprisonnée dans la tour qui attend son sauveur est une illustration de l’âme assujettie au corps, qui attend sa libération : c’est le champ (chant) de la névrose (une structure névrotique, animée par une pulsion de vie en attente d’amour). Par  son franc succès, “Le rossignolet d’amour” chanté par Luis Mariano, a fait en son temps le tour des chaumières de France et de Navarre.

« Il était une fois, une fille de roi, au cœur plein de tristesse, enfermée nuit et jour, au sommet d’une tour, elle pleurait toujours, un jour prenant son vol, un gentil rossignol se posa sur son main… »

.

.

Le château symbolise « le chant des illusions et de la séduction », le manque, le désir insatisfait, l’utopie. C’est lorsque nous prenons nos désirs pour des réalités. Le château évoque l’éphémère, des buts inaccessibles, un entre deux dit borderline, « bipolaire », en recherche de limites.

Il en est ainsi des châteaux de cartes ou des châteaux de sable, qui sont de fragiles constructions destinées à la destruction, ou des châteaux en Espagne, espoirs vains et rêves stériles.

.
..

Dans la préparation de mon exposé, j’ai eu un coup de cœur pour un personnage le Duc d’Épernon… qui au fil de mes lectures va devenir pour moi, l’incontournable créateur et le fondateur de l’âme du château. Ce personnage haut, et fort en couleurs, est la pierre d’angle de notre visite psychologique et spirituelle, qui auréole toujours et encore le château de Caumont. Pour preuve….

Dans la série « Figures d’un Grand Siècle », l’historien Yves-Marie Bercé nous permet de comprendre qui était ce “mignon” ce favori d’Henri III, à la personnalité hors pair, à la destinée exceptionnelle d’un « demi-roi ». Compagnon d’Henri III et d’Henri IV, homme de guerre et homme d’État, il fut l’un des principaux personnages de la cour de France, pendant soixante ans. L’incroyable ascension de ce cadet de Gascogne, au caractère « malcommode » mais comblé de charges et d’honneurs.

De même dans le livre écrit par Denis Blanchard-Dignac intitulé« Le Duc d’Épernon, un destin de cape et d’épée », deux choses l’ont frappé : 1/ la première – « Le château est situé sur un tertre, et les châteaux qu’Épernon occupera dans sa vie seront installés en hauteur. (Besoin de domination ?)

2/ la deuxième chose – il est bâti à l’emplacement de la forteresse où Gaston Fébus, figure majeure de la lignée des comtes de Foix, séjourna lorsqu’il se porta au-devant du Prince Noir, pour éviter qu’il ne ravage ses terres. Épernon refusera un mariage avec la fille du duc de Guise, évitera de devenir le beau-frère d’Henri IV, pour épouser Marguerite de Foix Candale. L’auteur du livre rajoute : « On peut imaginer que Fébus, puissant personnage gascon s’il en est, a plus ou moins consciemment accompagné (par modélisation) la construction du destin du duc d’Épernon. » 

            Une filiation symbolique dans la transmission d’un patrimoine, avec une volonté de relever des défis hors du commun.

Car le château de Caumont est construit sur les vestiges du château fort, ayant appartenu à Gaston Fébus, ce prince pyrénéen écrivain et poète né en 1331 à Orthez et mort en 1391 à L’Hôpital-d’Orion.

.
.

Il est à la fois, Comte de Foix, seigneur de Béarn, vicomte, ou seigneur d’une dizaine de territoires, comme vous pouvez le voir sur la carte, situés entre Gascogne et pays languedocien.

Dans un de ses nombreux écrits, Gaston Fébus avoue que, de tous temps, il s’est « délecté spécialement de trois choses : Les armes, l’amour et la chasse ». Bien proportionné et de belle stature, Gaston Fébus est beau. Il arbore un air riant, le regard vert et amoureux et, ses cheveux sont blonds. Parfois surnommé « le Lion des Pyrénées », Gaston Fébus reconnaît aimer « l’amour ». La légende nous raconte que nous lui devons l’hymne occitan, le chant Se Canto dédié à son épouse, retirée dans sa famille en Navarre. Ce Chant, c’était pour se faire pardonner de ses nombreuses infidélités, qu’il lui a infligées.

Sur le plan psychologique, toutes les infidélités génèrent des blessures existentielles, de Rejet, d’Abandon, de Trahison, d’Humiliation, d’Injustice, et elles attisent une émotion particulièrement douloureuse, et infernale : LA JALOUSIE. La jalousie est un mélange de 2 affects, la peur et la colère : peur d’être abandonné, et colère contre la personne qui m’abandonne.

Aussi, face aux blessures nous adoptons des masques, qui sont des mécanismes de défense, des carapaces, des cuirasses, ou des murs de lamentations contre les persécutions.

  • Quand on se sent rejeté nous mettons le masque du Fuyant,
  • Abandonné, le masque de dépendant,
  • Trahi, on devient contrôlant,
  • Humilié, on porte le masque de masochiste, en courbant encore plus l’échine
  • et le masque de rigide devant l’Injustice.

C’est une façon de nous replier dans les défenses de notre château intérieur, et d’être plus ou moins héroïque pour panser nos blessures.

Gaston Phébus -dit Gaston III, a été le maître des lieux au Moyen Âge dans la partie château fort, avant que celui-ci ne devienne un château Renaissance. Ce héros représente l’archétype du soleil, matériellement symbolisé par le cadran solaire sur la tour gauche, en pénétrant dans la cour du château de Caumont.

Le cadran solaire est un indicateur du Temps qui passe. Dans la mythologie il s’agit de Chronos, le monstre dévorant de l’humanité, qui seconde après seconde nous dévore ce temps qui nous dépasse. Aussi nous adoptons devant cette angoisse du Temps, 4 attitudes :

  • 1/ celle de nous dépêcher, et de faire toujours les choses Vite-Vite,
  • 2/ soit de traîner les pieds,
  • 3/ remettre nos activités au lendemain, qui vivra, verra
  • 4/ soit, de ne plus du tout avoir envie… de faire quoi que ce soit, parfois une forme d’inappétence totale à vivre (dans la mélancolie) ou le burnout, qui me consume et me brûle de l’intérieur.

Ou bien, nous pouvons choisir de transformer nos habitudes en une nouvelle attitude, celle d’apprendre à GÉRER LE TEMPS

..

Je vous ai parlé d’archétype et de symbole.

Mais comment les différencier ?

Dans un ouvrage qui s’intitule Dialogues avec l’Ange, de Gitta Mallasz (1943), j’ai relevé ceci :

  • Qui se précipite, s’approche de la Mort par devant,
  • Qui tarde, s’approche de la mort par derrière,
  • entre les 2 l’Éternité,
  • qui gère son temps ignore la mort.

Au passage, quand nous sommes dans le Dépêche-Toi, nous vivons sous l’emprise d’un jeu psychologique, source de conflits en nous : un scénario inconscient qui nous dicte : « La vie est courte, il faut te dépêcher, tu n’as pas de temps à perdre !!!».

Et derrière cette excitabilité faussement joyeuse, à l’épreuve de nos chronomètres du VIT-VIT, dans cette hyper agitation, c’est de la colère que nous envoyons autour de nous.

En fait, cette agitation dans la course effrénée, nous fait brasser beaucoup d’air.

Reprenons Gaston Phébus : il est tantôt l’archétype du soleil, et à la fois le symbole du héros amoureux.

L’archétype est cette énergie qui anime notre inconscient, dans l’invitation de Socrate à faire la connaissance avec soi-même. L’archétype de l’amour c’est Éros. Cette projection est narcissique, car en fait : « Je m’aime, et je m’admire dans le regard de l’autre, qui me sert de miroir ». Un exemple : « Je sais que je t’aime, car j’ai besoin de toi. »

Les rencontres sur Meetic sont pour moi le symbole moderne, d’une nouvelle mythologie de l’amour : l’éphémère. Qui peut être entendu dans le langage des oiseaux, l’effetmère (allo maman bobo), qui est le chant des sons des mots que j’émets, ou que j’entends (les mots porteurs de maux dans le sens de souffrances), donc dans le langage des oiseaux si l’amour est éphémère, l’effet – de la mère : est-ce que cet amour va pouvoir durer longtemps ?

D’où le nouveau mythe de notre course en avant symbolisée par Meetic, que je nomme le culte de l’éphémère. Qui dans mes fantasmes, me renvoie à Arachné dans les mythes – l’araignée qui tisse sa toile et qui m’emmêle dans ses filets dont je suis prisonnier.

Par contre quand je dis, le cœur est le symbole de l’amour.

C’est une représentation concrète, matérielle (le cœur) d’une notion ‘abstraite’ (l’amour qui est difficile à définir : confort psy et matériel ? Eros ? Philia / sentiments ? Agapè ?). Le symbole a une double face : l’une consciente, concrète ; l’autre inconsciente discrète secrète, cachée, qui sous-tend cette énergie de l’archétype anima/animus, le souffle de l’âme.

Le symbole est représenté par des personnages, des animaux ou des éléments simples, des couleurs, des formes, mais aussi des éléments fabriqués (des outils, des structures géométriques ou artistiques, des dessins, des sculptures ….).

Gaston Phébus par sa chevelure et son visage rayonnant est décrypté comme symbole solaire : blond rayonnant. A l’instar de St Marc représenté par le lion parmi les 4 évangélistes.

.

.
.
.

L’énergie de l’Archétype et l’attraction des symboles sont étroitement liés, et interdépendants.

Ce qui nous conduit à sentir des émotions, des sentiments, avoir des opinions, tant sur le plan psychologique que spirituels, les 2 plans étant ainsi – interdépendants.

La visite est spirituelle quand dans les dédales du château et en écoutant les commentaires du guide, nous éprouvons des sensations (en + ou en -) dans des choses qui nous plaisent ou pas,  autour des lieux, les jardins, les pièces traversées, les tableaux, les sculptures, l’histoire des personnages, le piano dans le salon, les escaliers dans leurs formes novatrices pour monter à l’étage, par exemple… qui nous conduit à la Chapelle.

.

Chapelle du Château de Cadillac

Pour moi, le summum de la visite spirituelle, est la chapelle du château : que ressent-on nous, précisément à cet instant-là, pendant la visite ? Les énergies d’un lieu de culte ? un lieu de paisibilité ? ou de recueillement ? par exemple ?

Et quand nous apprenons que Caroline de Mac-Mahon (1797-1816) l’épouse en 1815 du général Barthélémy, marquis de Castelbajac (1797-1864), est morte en couche dans sa  chambre, au niveau psychologique, quelles émotions nous traversent :

  • de la tristesse ?, du chagrin ?, de la compassion ?…, une angoisse de la mort ?, ou une joie de relience sereine à l’égard du divin… ?

Mais quand il nous est révélé que son époux, a transformé sa chambre en Chapelle, si un frisson nous parcours, cela pourrait nous signifier que nous sommes bien connectés à des énergies religieuses supérieures : naturelles, spirituelles, virginales, christiques, divines, universelles.

Ainsi, nous pourrions faire l’expérience de l’union de la Matière et de l’Esprit : la représentation matérielle de la chapelle (un espace devenu sacré), connecté à la force de l’Esprit du lieu qui nous anime, par des sensations épidermiques (les frissons) ressentis dans l’amour transcendant de son mari pour son épouse Caroline défunte…

Sainte Thérèse d’Avila

.

Le château intérieur

Claire de Castelbajac

Au cœur de mes recherches pour étayer le sujet de la conférence, je suis tombé par hasard, sur Le Château intérieur ou le livre des demeures, le chef-d’œuvre de Thérèse d’Avila. (je ne crois pas au hasard).

Je me suis senti guidé par la simplicité de son écriture, et animé par son expérience personnelle, qui en font une mystique hors du commun : 1/ par sa simplicité d’âme, 2/ son humilité « obsessionnelle », 3/ ses engagements féministes d’un courage inouï, à l’époque des guerres de religions et de l’Inquisition en Espagne.

Elle ne mâche pas ses mots, porteurs de souffrances, des mauX, dans le chemin d’éveil des sœurs Carmélites.

Le château intérieur de Thérèse d’Avila est présenté comme l’un des ouvrages les plus importants de la spiritualité et de l’expérience mystique de l’Occident. Il a été publié en 1579, et le château de Caumont a été construit en 1535, au XVI siècle.

Pour Thérèse d’Avila, l’image du Château renvoie à l’âme, qui doit passer par des stades successifs pour atteindre la perfection. Ces stades correspondent aux sept demeures (ou les 7 appartements) du château, dans lesquelles l’âme se perfectionne graduellement avant d’atteindre l’ultime, où se trouve Dieu, et où se scelle l’Union divine.

Pour elle, la prière et la méditation étant les portes d’entrées du château permettant d’accéder à l’extase du pur Amour, au mariage spirituel, à l’Union Divine.

La chapelle du château de Caumont, avec son inscription murale portant le tétragramme YHWH, et INRI sur le plan symbolique et mystique peuvent être assimilés à la 7ème demeure, décrite par Thérèse d’Avila.

Il est important aussi, de savoir que c’est à partir du décès de Caroline de Mac-Mahon (1797-1816) que le château devient propriété des Castelbajac.

Et qu’à ce jour Claire de Castelbajac, née en 1953 à Paris et morte en 1975 à Toulouse, une « servante de Dieu », la tante de Ghislain le maître des lieux, fait l’objet d’une procédure de béatification, et que le dossier instruit à Rome depuis 2008 est en attente de cette reconnaissance pontificale.

Voyons maintenant quelques analogies – que nous pouvons faire, entre

la symbolique du château et la construction de notre personnalité

.

.

.

Un rappel historique

La seigneurie entre dans la maison de Nogaret de La Valette par le mariage, le 21 avril 1521, de Marguerite de l’Isle, dame de Cazaux et de Caumont, avec Pierre de Nogaret, seigneur de La Valette, qui fit construire le château de 1525 à 1535.

Notre seigneurie à nous, notre château fort, notre première forteresse, nous l’avons investie dès notre conception. Issus d’une pulsion d’attraction de 2 êtres, les archétypes de l’anima et de l’animus, (un homme et une femme), (un père et une mère) qui par leur union/le mariage, et les feux de l’amour, nous offrent un nid, dans lequel nous allons faire une expérience aquatique, l’élément Eau, puis l’Air, et la Terre.

Pour la vicomtesse Michèle de Castelbajac, son château, elle le considérait comme « son bébé ».

La charge symbolique est particulièrement forte, d’autant plus que le château symbole universel, représente notre MOI, notre personne.

 En effet, il est notre première structure de personnalité, dont nous avons besoin pour construire nos fortifications, ou nos défenses et affronter la vie : notre toute 1ère construction s’échelonne de la naissance à notre 4ème mois d’existence.

 Ainsi chacun de nous est un être Conçu, Créé, Constitué, à partir de ces 4 éléments fondamentaux universels : l’air, le feu, la terre, l’eau. 4 éléments qui vont continuer leurs œuvres de constructions, de corrosions ou de destructions, tout le long de notre vie, à travers les forces, qui nous traversent : nos énergies, nos ressources, notre pulsion de vie, notre propre histoire.

De la naissance à 4 mois nous investissons la toute 1ère TOUR de notre existence : de quoi est-elle faite ? Car le bébé, sorti de son milieu aquatique, après avoir aspiré une grande bouffée d’air pour déplisser ses poumons, fait l’expérience de la terre, de la matière, celle de ses parents puis la sienne.

Mais il lui faut attendre quelques 4 mois en moyenne, pour réaliser qu’il existe par lui-même. Jusque-là, le bébé ne se différencie pas de Papa et de maman, il est papa/maman. Il est dans un Sois Fort du château fort parental.

.

.

.

.

Et à 4 mois, il commence à percevoir qu’il a des doigts, des orteils, des bras, des jambes. Bref le bébé se perçoit en pièces détachées, et il va être traversé par de grandes courants d’AIR psychiques, sismiques qui vont lui faire éprouver ses premières grandes frayeurs existentielles, dites angoisse de morcellement, avec l’expérience de sa première grande émotion LA PEUR. Il se voit explosé, comme un puzzle éparpillé, mais animé par la pulsion de vivre, il va agréger, rassembler les pièces de son puzzle, pour faire une unité avec lui-même :  nommée l’Énergie d’Agrégation.

Mais c’est toujours nous aujourd’hui : pour le pire, nous éclatons en sanglots (angoisse d’explosion), et pour le meilleur nous éclatons de rire (énergie d’agrégation).

Le but de notre existence est de construire notre moi dans la Tour de notre château intérieur, à partir duquel on va pouvoir affronter la vie, dans un Sois Fort, dont le symbole est l’épée.

Tels, le Duc d’Épernon et d’Artagnan, issus tous deux des Cadets de Gascognes, nous allons devoir ferrailler, fendre l’air, combattre, se protéger. Nous avons symboliquement une épée pour fendre l’air et apaiser nos peurs (Angoisse de morcellement) ; nous allons utiliser le langage, le verbe, la parole : toujours un symbole de l’épée.

En sortant de sa tour, le bébé va sortir de son cocon, prendre son bâton de pèlerin et Faire des efforts pour combler ses angoisses de séparation de la tour. Il quitte papa/maman, comme un oisillon poussé à quitter le nid. Il va faire l’expérience de l’Angoisse d’abandon, de séparation, du vide, du manque, de solitude.

Ce passage dans l’expérience du vide, se traverse du 8ème mois de notre existence à 2 ans, en moyenne. Et pour cela, il va s’appuyer sur ses énergies de Feu, la colère sur le plan émotionnel. Pour avancer et s’en sortir, il doit transformer cette énergie solaire pétrie de colère, en s’obligeant à avancer, grimper, faire des efforts pour marcher et combler ce vide.

Mais il a d’un côté, une fonction maternante (dans le réconfort, le soutien, l’accompagnement parental) et de l’autre une fonction paternante protectrice, qui va lui donner des repères, des cadres, des structures, en lui insufflant une énergie de plénitude.

Entre 2 et 3 ans, le petit enfant ayant commencé à structurer son moi avec des repères, expérimente l’angoisse de la mort.

Il va devoir se montrer parfait lors de son apprentissage de la propreté.

Il prend conscience que lorsqu’il produit un boudin fécal quand il fait caca, son corps un jour…va entièrement « pourrir » et donc mourir.

Cette angoisse il va la compenser par une énergie de vie, dans un Sois Parfait (ou sois parfaitement propre dans les actions) et Dieu sait que pendant cette période, le petit enfant est fort dans ses oppositions affirmations :  le non, non, domine, c’est non!

Il signifie : “Je sais ce qui est parfait pour moi”.

Enfin arrive naturellement ce que l’on nomme le complexe d’Œdipe, de 3 à 5/6 ans, qui est une angoisse d’amour, pour se faire aimer des deux parents, et en particulier du sexe opposé.

A travers ce conflit, l’enfant fait l’expérience de l’amour, et d’une énergie d’union.

Les As des arcanes mineures du tarot de Marseille, symbolisent à la fois, les émotions, PEUR/COLERE/TRISTESSE/JOIE, les éléments AIR/FEU/TERRE/EAUles pilotes internes Sois Fort/ Fais des Efforts/Sois Parfait/Fais Plaisir.

Ces forces qui nous construisent et qui nous traversent sont « Tour à Tour »positives et négativesLe château intérieur est plus ou moins bien construit. Il se compose de 4 demeures essentielles, ou 4 appartements essentiels qui déterminent nos 4 positions de vie :

1/ ++  gagnant gagnant, 2/ + perdant gagnant, 3/ + gagnant perdant, 4/ perdant perdant

Ce sont nos CUISINES INTERIEURES

Nous naissons sur un territoire, en nous inscrivant dans un patrimoine, un arbre généalogique, une famille, avec ses alliances, ses clans, des ramifications, des mariages, et des enterrements, des morts et des naissances.

A l’image du château de Caumont, nous construisons notre château intérieur dans notre scénario de vie – sur des constructions anciennes, modernes et contemporaines : des cuisines intérieures qui renferment des secrets, des connaissances, des vérités, des amours, des guerres, des conflits.

Si nous nous aventurons à faire une analogie entre les structures de construction du château et nos structures de personnalité :

  • Nous parlerions de structures de personnalité (dites psychotiques), repliées sur elles-mêmes pour un château fort du Moyen Âge, un pôle défensif par excellence, construits sur des hauteurs.
  • De structures borderlines, dans cet entre-deux, le château fort et le château Renaissance,
  • Structures névrotiques, pour des châteaux Renaissances et contemporains construits sur des plaines, largement ouverts dans l’espace.
    • Nous passons de la psychose (château fort) à la névrose (château Renaissance).

Mais quelles que soient leurs constructions et leurs histoires, de tous les temps, les châteaux et les hommes portent dans leur essence et leur existence, nos 4 grandes angoisses existentielles de base (l’angoisse d’éclatement, d’abandon, de mort, et d’amour), qui sont dans les sous-sols de nos bâtiments, et dans nos fondations matérialisées par nos 4 émotions fondamentales, (peur, colère, tristesse, joie) protégées par  4 carapaces comportementale: Sois Fort (peur), Fais des Efforts (colère), Sois Parfait (tristesse), Fais Plaisir (joie), et 2 autres qui nous positionnent contre le Temps qui passe chronos, Dépêche-toi pour vivre ta vie (sous entendue qui est courte) ou Sois Passif.

  • Expansées par 8 dépendances émotionnelles entremêlées qui sont : le souci / l’envie / la honte / la nostalgie / la frustration / la haine / la jalousie / la culpabilité.
  • Autant de Fers de Lances pour nous construire des carapaces, nous aider à gérer nos conflits dans les jeux psychologiques de persécuteur, sauveur, et victime, et panser nos blessures de rejet, d’abandon, de trahison, d’humiliation et d’injustice.

L’objectif étant de construire notre château intérieur pour affronter la vie. A partir de fondations, les sous-sols, les caves, les cuisines pour s’alimenter et sur des terres plus ou moins riches et fertiles : nos carrières personnelles, professionnelles, par exemple….

Je vous disais dans la préparation de mon exposé, que j’avais eu un coup de cœur pour un personnage le Duc d’Épernon, qui au fil de mes lectures m’est devenu l’incontournable créateur et fondateur de l’âme du château de Caumont.

Il illustre la construction d’une personnalité hors du commun, à très Haut Potentiel, un zèbre (au sens noble du terme) qui signifie les personnes surdouées, hyper efficientes, hyper sensibles, hyper émotionnelles.

Adoré parfois, détesté et souvent craint, Épernon a servi trois rois (Henri III, Henri IV et Louis XIII, une régence avec sa fougue et sa pugnacité, mais aussi avec ses colères et ses revirements. Sa longévité exceptionnelle elle aussi, participe à sa renommée. ….La puissance de son caractère lui a permis de s’adapter à toutes les situations et de servir de « mémoire vivante » auprès des jeunes générations.

Il est important de constater qu’il bénéficia de son vivant de plumes favorables. Les écrivains lui consacrèrent des textes glorifiant son charisme de meneurs d’homme et ses qualités de chef de guerre. Ces témoignages d’hommes de lettres attestent que c’était vraiment, une personnalité hors pair.

Jean-Louis de Nogaret de la Valette (né en 1554 et décédé en 1642) duc d’Épernon jusqu’à la fin du règne de Louis XIII a été :

  • le maître d’un cinquième de la France, en tant que gouverneur de la Provence,
  • de la Normandie, de l’Angoumois, de l’Aunis, de la Saintonge et de la Guyenne.

Sous Louis XIII  : son troisième fils Louis, archevêque de Toulouse est fait cardinal.

L’auteur Denis Blanchard-Dignac dans son livre : « Le duc d’Épernon, un destin de cape et d’épée » s’attache à réhabiliter ce Gascon au destin exceptionnel.

  • Il salue : 1/ sa grande prudence politique, 2/ son intelligence et 3/ sa connaissance de l’art militaire.

Je le cite: « Ce n’était certainement pas un saint, mais des traits de caractère lui ont été prêtés à tort, à mon avis. Ainsi on le dit pingre. Or, l’histoire montre que lors de crises ou de guerres durant lesquelles la population de ses terres souffrait de la faim, il n’hésitait pas à leur fournir des vivres. » 

Il écrit également que les hommes employés à la rénovation du château de Cadillac, qu’il a fait édifier sur les plans de Caumont, se voyaient accorder un traitement peu commun pour l’époque. Épernon vérifiant notamment que les horaires de travail étaient raisonnables.

Un homme de la Renaissance salué toujours, et encore de nos jours, par les historiens.

Le château de Caumont est un puissant symbole de notre histoire de France, de la fin du Moyen Âge à nos jours, reçu en héritage en 1816 par la famille de Castelbajac, qui œuvre depuis à maintenir et à réhabiliter – ce patrimoine riche et coûteux, en entretien et rénovation.

Dans les années 1980, le vicomte Jean de Castelbajac et la vicomtesse, son épouse Michèle, les parents de Ghislain ont entrepris d’importants travaux pour redonner à la cour d’honneur son aspect d’origine. Ce qui y permet de nouveau, l’organisation de concerts et d’événements.

Le château de ma mère reçu en héritage :

  • A leur tour, Ghislain et son épouse Mathilde mettent tout en œuvre, pour sauver ce patrimoine, classé à l’inventaire des Monuments historiques.« En faisant revivre Caumont, dit le journaliste Laurent DELAHOUSSE, Ghislain rend hommage à sa mère, –Michèle, la Vicomtesse de Castelbajac qui avait investi toute son énergie, dans le sauvetage de ce monument”.

A Ghislain et son épouse Mathilde, les nouveaux châtelains, je tiens… à saluer… leur courage en leur témoignant mon admiration – sincère – pour la FORCE et la BEAUTE de leur ENGAGEMENT.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont aidé – et soutenu, dans la préparation de la conférence.   Et en particulier mon ami, Jean-Marie, un frère de cœur, une aide précieuse, discrète, efficace, hyperefficiente,  pour les recherches historiques et ses compétences techniques. Je vais vous livrer un secret :  il est un vrai zèbre, qui cache bien ses rayures. 

Ainsi se termine, cette visite psychologique et spirituelle du Château de Caumont. Je vous remercie pour toute votre attention. Je me mets à votre disposition pour toute question éventuelle.

Pour en savoir plus et bénéficier des superbes prestations

 cliquez sur Accueil au Château de Caumont

Le château de Caumont
2021-04-19T06:12:17+01:0016 novembre 2020|Non classé|Commentaires fermés sur La SYMBOLIQUE d’un CHÂTEAU RENAISSANCE

Helios SUBIRATS

Après une carrière professionnelle d’encadrant aux Ressources Humaines, à La Poste et à la Banque Postale en gestion du personnel, des compétences et des carrières (formation, recrutement, sélection, promotion, orientation, management, diagnostic, conseil), Helios Subirats exerce en profession libérale, en tant que :

- Consultant au service des entreprises

- Psychologue Clinicien / Psychothérapeute / Consultant pour les particuliers

Colette LARRA

Certifiée par l’Institut Hypoténuse, Colette Larra pratique des massages Bien-être et Vitalité pour libérer les tensions psychologiques portées par le corps.